Des découvertes

des rencontres et

des voyages

Numéro #34 avril/mai/juin

Sujets à paraître

Rencontre avec le chef Jean Sulpice

Promenade dans le Jura

Sara Bran

Sara Bran

Mécanique

Mécanique

Balade, rapide, en cabriolet Lexus LC500 entre Séville et Marbella.

Dans les cuisines de Cédric Béchade

L'actualité sélectionnée par la rédaction

L'édito du moment

Réactions en chaîne

La fission nucléaire est une réaction en chaîne. Quand un neutron entre en collision avec un atome fissible et le fait « exploser », l’atome va libérer des neutrons qui iront, à leur tour, causer la fission d’autres atomes. Les génies Fermi, Bohr, Einstein et Oppenheimer développeront le truc pour en faire une source fabuleuse d’énergie, que l’on peut appeler bombe ou centrale nucléaire selon l’envie. En chimie, la polymérisation en chaîne en est un exemple, avec ce caractère incroyable et hypnotique d’une réaction qui s’entretient toute seule, qui évolue et progresse sans intervention extérieure, un peu comme si rien ne pouvait l’arrêter. C’est bien là le problème. Car pour l’arrêter, il faut rompre la chaîne. Dans ces deux exemples, y mettre fin peut avoir du sens. Ne serait-ce que pour en garder le contrôle. Mais dans la vraie vie ? Nous vivons sur une planète qui subsiste grâce à une gigantesque réaction en chaîne, résumée dans la chaîne alimentaire qui fait vivre des millions d’espèces qui, elles-mêmes, équilibrent un écosystème fragile. Nous l’avons appris à l’école. Détruire la biodiversité, animale ou végétale, c’est rompre cette chaîne alimentaire planétaire, c’est stopper la réaction dont nous dépendons finalement. Comme l’explique très bien 

le capitaine Watson, il suffit de regarder ce que nous faisons de nos océans pour comprendre nos erreurs. Car, en fragilisant la chaîne alimentaire, notre comportement hypothèque tout simplement notre survie sur terre car le vivant de l’océan fournit 70 % de l’oxygène que nous respirons. Éradiquer les thons, les sardines, les requins ou les baleines aura des répercussions dramatiques sur l’écosystème dans lequel nous vivons. Il y a des réactions en chaîne nécessaires. À défaut d’y participer, évitons au moins de les arrêter.

C. Boulain

17853307709265236.jpg

À propos

Un magazine pas comme les autres

Tout est parti d'une idée simple, créer le magazine, print et digital, que nous voulions lire lors de nos déplacements en avions ou en trains, quand le temps s'arrête un instant. À l'origine de Followed, fin 2014, une bande copains, journalistes, photographes, quadras et curieux, qui ont compris depuis déjà pas mal d'année que le plus important dans la vie, ce sont les rencontres et les gens, ceux qui font, qui pensent et qui avancent. Car un objet n'est fabuleux que si son concepteur l'est aussi. À nous de vous les présenter.

Followed 31.png

© 2020 by Followed Syndication.